Forum Médiéval Fantastique

Forum de discussion autour du Moyen-âge et du Médiéval fantastique
Graphismes et Design réalisés par Ace, logo FMF par Duchesse de Bretagne, logo Qui est en Ligne par Diane de Brocéliande.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  MusiqueMusique  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...

Aller en bas 
AuteurMessage
Dame du lac
Bourgeois, Bourgeoise
Bourgeois, Bourgeoise
avatar

Nombre de messages : 95
Lieu d'origine : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Jeu 7 Avr 2011 - 17:52

Au 19ème siècle, certains chroniqueurs, comme Clément Lyon, ont vu dans ces ruines les restes d'une commanderie templière. D'autres historiens, Van Bastelaer en tête, stipulent que «dans cette légende, il ne faut rien chercher qui se rapporte, même de loin, à des faits historiques».

Les habitants du voisinage ont pourtant donné aux constructions qui gisent ici le nom de Monastère, de Couvent ou de Château des Templiers. Les vieux qui s'y rendaient avaient coutume de dire qu'ils allaient «aux Templis». Ils y attachaient une légende que chacun arrangea et enjoliva selon son imagination. Ils se plai¬saient à raconter l'histoire que voici.

Les Templiers du «Bos délie Priesse» s'étaient spécialisés dans le rapt des jolies femmes. N'avaient-ils déjà pas, un peu partout, la réputation d'ivrognes et de débauchés? En France, on dit encore «boire comme un Templier». En vieil allemand, «Tempelhaus» s'entend d'une maison louche et mal famée.

Toujours est-il que, la nuit, ces renégats s'élançaient dans la campagne environnante, au sein des forêts les plus secrètes, et ramenaient, sur leurs coursiers véloces, une créature du sexe faible, tremblante et terrorisée.

Au cours d'une de leurs nombreuses expéditions, ces ravisseurs kidnappèrent une princesse et l'emmenèrent de force au monastère. Ce fut leur ultime forfait. Le père de la jeune fille convoqua ses compagnons d'armes et courut venger son honneur... et son enfant. La petite troupe s'approcha des remparts, escalada les murailles, égorgea les sentinelles et massacra tous les coupables. La citadelle des Templiers fut prise et brûlée en une seule nuit. Le brasier illuminait encore l'aube quand les chevaliers ramenèrent, en triomphe, la princesse au château paternel.

Comme toute légende qui se respecte, celle de Loverval comporte un fond de vérité. En effet, les fouilles entreprises sur le site dit «des Templiers» démontrent que le lieu a bien été incendié. Les archéologues y ont découvert du charbon de bois en grande quantité, ainsi qu'une couche impressionnante de cendres et d'argile calcinée. Roland Hensens nous a laissé sur ces fouilles un témoignage minutieux. D'après lui, une occupation primitive, mérovingienne sans doute, s'est développée sur le site. Au 13ème siècle, le lieu est totalement occupé. Par quoi? Par une ferme, si l'on tient compte de la faiblesse du mur d'enceinte, médiévale, car l'architecture de la chapelle respecte les formes romanes.

Alors, pas de Templiers? Hélas! non. C'est un phénomène courant que de voir la légende attribuer à ces moines-soldats toutes les ruines, toutes les constructions qui n'ont pas d'histoire. A Loverval, plusieurs raisons interdisent de conclure à une occupation templière. Ni les objets exhumés, ni le plan des bâtiments ne correspondent aux commanderies de l'Ordre. Aucun acte, aucun document historique attesté ne désignent d'occupation templière à Loverval. Or la localisation, le rayonnement et la hiérarchie des maisons du Temple dans nos régions nous sont parfaitement connus. Là encore, aucune trace. Pas plus que dans «l’Inventaire des Biens ayant appartenu à l'Ordre du Temple dans le diocèse de Liège», recensement dressé en mai 1313 et dans lequel, par contre, figure à sa juste place la commanderie majeure de Bitronsart(1), sise sur le territoire de Gerpinnes.

A l'opposé de la légende templière de Loverval, que savons-nous des vrais Templiers et de leur implantation à Gerpinnes? Nous ferons fi des élucubrations ésotériques et des divagations symbolico-secrètes afin d'évoquer et de ressusciter les moines-soldats de Bitrensart à l'aide des certitudes historiques qui sont à notre disposition.

Le 25 décembre 1119 fut fondé en Palestine l'Ordre du Temple afin de défendre les pèlerins en Terre Sainte, y protéger les chemins et servir de chevalerie au souverain roi, Baudouin de Jérusalem. Le recrutement des moines-chevaliers commença alors en Occident et, en 1128, le Concile de Troyes confirma la règle de l'Ordre, une règle essentiellement composée d'observances religieuses.

La même année déjà, quatre commanderies naquirent en Flandre, dont Ypres et Saint-Omer. C'est lors de la deuxième période d'implantation, de 1190 à 1215, que fut créée la commanderie de Bitronsart sur la terre franche de Gerpinnes, dans le comté de Namur.

La commanderie de Bitronsart, que nous appellerons désormais Bertransart, fut fondée en 1207, grâce aux libéralités des comtes de Namur qui accordèrent au Temple plusieurs droits après la donation de Wautiers de Gerpinnes. Bertransart était commanderie majeure et rayonnait sur un domaine utile de 120 bonniers, directement rattaché à la maison.

Chose rare et remarquable pour un lieu templier, un pèlerinage y avait lieu, celui de sainte Rolende, à qui la chapelle était dédiée alors que toute la maison était dédicacée à Notre-Dame.

Bertransart était d'abord un domaine que cultivaient des domestiques, des hommes du Temple, d'anciens serfs qui devenaient libres dès l'instant où ils entraient au service de l'Ordre. Nous savons par les documents que les récoltes d'épeautre et d'avoine venaient y compléter les produits de l'horticulture, l'élevage de moutons, les ressources d'un vivier et d'un verger ainsi que l'exploitation de bois, celui de Roumont par exemple.

La commanderie dressait ses murs de pierre dans un endroit isolé, non pour celer quelque mystère, mais bien pour y exploiter le domaine que l'on sait et y suivre une vie religieuse ordonnée et paisible. Les bâtiments enserraient une grande cour carrée gardée par des tours de défense. On sait que l'une était carrée et qu'une autre, ronde, formait l'angle d'une spacieuse grange. Ecuries, éta-bles, bergerie et brasserie complétaient le bâtiment. La chapelle dédiée à sainte Rolende était enchâssée entre le logis des moines et les étables.

Ce décor était animé par les silhouettes des Chevaliers du Temple, enveloppés dans leur blanc manteau que décorait la croix écarlate.

Ils cohabitaient, dans la commanderie, avec les sergents, les chapelains, les frères oblats, mais aussi les familiers et les fermiers qui, eux, n'avaient pas prononcé de vœux et qui vaquaient aux cultures du domaine. Quand un frère du Temple mourait, il était inhumé dans son habit monastique, couché à même la terre, les mains croisées sur la poitrine.

Il ne faut pas croire qu'on installa la commanderie de Bertransart au hasard. Des critères bien établis, des clauses bien définies justifiaient l'implantation de chaque commanderie. A Gerpinnes, ne voit-on pas, en effet, les Templiers s'installer devant un nœud de communications importantes? Ne les voit-on pas s'implanter à Gerpinnes qui, on l'oublie trop souvent, était, dès le XIIIème siècle, le centre d'un fructueux trafic de grains avec foires et marchés, vers lequel convergeaient tous les marchands de l'Entre-Sambre-et-Meuse?

Cette priorité économique permet de comprendre, une bonne fois pour toutes, le vrai rôle d'une commanderie. Comme toutes les commanderies «de campagne», Bertransart s'était tourné vers la culture et l'élevage. Ces Templiers qui n'étaient pas en Terre Sainte, les plus âgés généralement, administraient leur domaine afin d'envoyer au trésor de l'Ordre, à Paris, les fonds nécessaires pour financer les combats et la vie des moines-soldats en Orient. Les batailles et le peuplement de la Terre Sainte nécessitaient d'énormes sommes d'argent. Le rôle des Templiers d'Occident était de recruter des frères et d'assurer la subsistance des maisons d'Orient.

Quand, en 1307, l'Ordre fut abattu par le roi de France Philippe le Bel et dissous par le Pape, les Hospitaliers, Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, héritèrent de Bertransart. Innocentés, les frères de Gerpinnes réintégrèrent leur commanderie et devinrent Chevaliers de Saint-Jean.

Comme on le voit, pas de trésor occulte, ni d'alchimie, ni de société secrète, ni d'ésotérisme fumeux, à propos de ces Chevaliers du Temple, sur qui on fit planer tant de mystères et courir tant de légendes.

Car les légendes templières ne manquent pas. La campagne de désinformation qui entoura le fameux procès des Templiers répan¬dit au sein du peuple, très porté à les croire, de fausses accusations de cruauté, de libertinage et d'impiété. Les légendes s'en font encore l'écho, à Loverval, mais aussi à Walzin.

Dans la vallée de la Lesse, face à ce village, s'élèvent, maintenant encore, les ruines du château de Caravenne. Là aussi, des Templiers. Là aussi de faux religieux qui se livraient à des brigandages et enlevaient les plus jolies filles du pays. Ils avaient même coutume de ferrer leurs chevaux à rebours, afin de semer leurs poursuivants. Mais, une nuit, un terrible orage se déchaîna au-dessus de leur repaire, la foudre tomba sur le château et l'incendie ravagea la citadelle. Ses funestes habitants périrent dans le brasier.


1 Telle est la dénomination du lieu au XIIème siècle. L'appellation moderne de Bertransart apparaît dans un acte de 1755. Bertransart est désormais une ferme, reconstruite au 19ème siècle, qui se trouve à quelques centaines de mètres de la chaussée Charleroi-Philippeville.

Voici une photo du " site" dit les ruines Templières

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aragorn
Duc, Duchesse
Duc, Duchesse
avatar

Nombre de messages : 1776
Age : 56
Lieu d'origine : Giroux Vieux (Auvergne)
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Jeu 7 Avr 2011 - 19:33

Les murailles que l'on aperçoit sont d'une respectable épaisseur. S'agit-il des ruines de la chapelle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dessinsfantasy.wordpress.com/
Dame du lac
Bourgeois, Bourgeoise
Bourgeois, Bourgeoise
avatar

Nombre de messages : 95
Lieu d'origine : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Ven 8 Avr 2011 - 6:01

Pour ceux qui pensent que le site date des Templiers , ils disaient que oui..

Mais je possede un autre plan du lieu , enfin un dessin du lieu pour nous donner une idée

Je le placerai tout a l'heure.. Bad) après ma journée de travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aragorn
Duc, Duchesse
Duc, Duchesse
avatar

Nombre de messages : 1776
Age : 56
Lieu d'origine : Giroux Vieux (Auvergne)
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Ven 8 Avr 2011 - 6:22

Je ne vois pas une simple ferme posséder de telles murailles. A moins qu'il ne s'agisse d'une ferme fortifiée comme il s'en construisait parfois à la croisée des chemins et où les voyageurs pouvaient s'abriter la nuit des coupe-jarrets. Ces fermes se différenciaient des autres par une palissade renforcée, un bâtiment surélevé et équipé de défenses en bois ainsi qu'un poste de guet pour surveiller les environs. Elles appartenaient à de riches paysans, assez bien vus de leurs seigneurs pour posséder (et savoir utiliser) des armes, ainsi qu'une place défensive.

On aperçoit une cave par l'effondrement du sol, ce qui correspondrait mieux à la réserve d'un modeste bâtiment fortifié qu'à une chapelle. A moins qu'il ne s'agisse d'une crypte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dessinsfantasy.wordpress.com/
Dame du lac
Bourgeois, Bourgeoise
Bourgeois, Bourgeoise
avatar

Nombre de messages : 95
Lieu d'origine : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Ven 8 Avr 2011 - 10:03

Ben oui, je sais mais d'après les anciens( comme j'ai du a quelques reprises demander mon chemin )en vue d'y arriver, me parlaient de la chapelle ruine des templiers, elle se situe vraiment en hauteur , avec quelques marches pour y acceder ...la vous pourrez voir quelques arcrades des fenêtres dans un des murs.
Encore du mystères la dessous..


Voici un " plan"



Suite à ta remarque j'ai reflechis et en y étant allée j'ai pu voir a l'extérieur de ce site , des autres ruines plus petite mais isolée.. peut être que cette photo est comme tu le dis l'habitation et que l'autre serait la chapelle

Par rapport a ce dessin, actuellement ne sont visibles que le grand rectangle et le petit batiment à sa droite serait plutot la chapelle , si nous voulons pousser plus loin son arrondi pourrait correspondre a celui d'un chapelle et non d'un batiment d'habitation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aragorn
Duc, Duchesse
Duc, Duchesse
avatar

Nombre de messages : 1776
Age : 56
Lieu d'origine : Giroux Vieux (Auvergne)
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Sam 9 Avr 2011 - 6:56

Quel type d'arcade? Les ouvertures, selon leurs complexité, en disent long sur l'occupant des lieux. Une ferme restait un lieu fonctionnel et simple. On n'y trouvait peu de pierres taillées mais seulement bâties. A mes yeux, vôtre plan correspond assez bien à une grosse ferme fortifiée. Le grand cercle correspondant à une cour fermée protégée par une muraille relativement légère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dessinsfantasy.wordpress.com/
Dame du lac
Bourgeois, Bourgeoise
Bourgeois, Bourgeoise
avatar

Nombre de messages : 95
Lieu d'origine : Belgique
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Sam 9 Avr 2011 - 15:05

Voici une photo du site enfin du meme endroit que la photo que j'ai prise il y a quelques annés avant que des archéologues ne viennent et ne remettent en place les pierres un peu n'importe comment...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aragorn
Duc, Duchesse
Duc, Duchesse
avatar

Nombre de messages : 1776
Age : 56
Lieu d'origine : Giroux Vieux (Auvergne)
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   Sam 9 Avr 2011 - 19:52

C'est étrange, ces arches ouvrant à l'intérieur du bâtiment n'ont pas vraiment de signification. Il était fréquent, à l'époque, de profiter de l'épaisseur des murs pour encastrer des rangements, des placards, et c'est à cela que me font penser ces ouvertures. Cependant, les avoir restaurées en voutes apparait comme un luxe déplacé dans ce bâtiment par ailleurs fort rustique. Pouvaient se trouver là soit des linteaux en bois (chêne) que les siècles ont rongés totalement, soit de solides linteaux en pierres qui valorisent désormais quelque villa des environs.

Mais tout ceci n'est que supputations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dessinsfantasy.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
A Loverval : les templiers ravisseurs de femmes...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes sous l'Empire (fin)
» Beguines : femmes veuves consacrant leur vie à Dieu
» Vierge Marie, Mére de Jésus, Dieu t'a choisie et bénie entre toutes les femmes.
» La prison pour femmes de St-Lazare
» Les femmes ont-elles une âme?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Médiéval Fantastique :: Autour du Donjon :: La Chapelle :: Mythes et croyances-
Sauter vers: