Forum Médiéval Fantastique

Forum de discussion autour du Moyen-âge et du Médiéval fantastique
Graphismes et Design réalisés par Ace, logo FMF par Duchesse de Bretagne, logo Qui est en Ligne par Diane de Brocéliande.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  MusiqueMusique  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [nouvelle] la destinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diane de Brocéliande
Grande Dame de la Confrérie
Grande Dame de la Confrérie


Nombre de messages : 364
Lieu d'origine : Yvelines
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: [nouvelle] la destinée   Mar 10 Avr 2007 - 13:52

Bonjour à tous,

Voici ma première nouvelle qui traite réellement du MA... quoiqu'un peu tardif. Pour ceux qui ne s'y connaissent pas trop cela se déroule au 17e siècle (je dirais milieu du sans pour autant avoir donné une date précise) alors que les protestants et les "sorcières" émigrent vers le nouveau monde.
Comme c'est ma première nouvelle du genre et que je ne suis pas une experte en MA, je ne suis pas trop entrée dans les détails. Pourtant, je cherche la vraisemblance, et je mise plus sur l'ambiance.

Je suis donc preneuse de toutes les critiques et commentaires constructifs, et j'attendrai vos avis avec impatience.

Pour finir, le titre est totalement flou pour l'instant. J'ai trouvé celui-ci par commodité disons, car on m'avait demandé d'en trouver un, mais il est susceptible de changer dès que j'aurais une idée plus adéquate.



EDIT : J'avais oublié qu'il manquait une information... donc l'endroit où il y a des XXX sera bientôt modifié.

------------------------------------------------------------------------------

LA DESTINEE

La situation est devenue insupportable. Il a fallu réfléchir pour agir rapidement et prendre une décision. J’ai finalement choisi de quitter l’Angleterre. Même chez les nobles, les troubles sont visibles, et on sait que parmi eux, certains ont raison de s’inquiéter. Si l’ancien souverain nous laissait vivre en paix, Cromwell lui en a décidé autrement. Nous sommes traqués à travers tout le pays, arrêtés, et je suis sûre que beaucoup d’innocents meurent à nos côtés sur le bûcher.

Alors il a fallu fuir.

J’ai toujours mené une vie moyenne, mais comme je l’entendais. Certains me trouvaient très aisée, et, s’il est vrai que mon foyer jouissait d’un certain confort, que mes vêtements étaient de bonne qualité, et que je n’avais pas de problème d’argent particulier, j’étais pourtant loin du niveau de vie des nobles et autres aristocrates. Cependant, on pouvait sentir dans mon caractère cette humilité qui évitait de me confondre avec toutes ces hautes personnes méprisantes, et qui me rapprochait de beaucoup. Ou du moins, me valait le respect. Je faisais également preuve d’une discrétion naturelle qui m’était utile pour éviter d’éveiller tout soupçon autour de moi. En réalité, la majeure partie faisait semblant de m’ignorer, jusqu’au jour où l’on avait besoin de moi. Un accord silencieux se nouait alors : je ne révélais rien de ceux qui venaient me voir et feignais de n’avoir eu aucun rapport avec eux, et eux ne me connaissaient pas et ne m’avais jamais approchée. Malgré cette clause « naturelle » qui me protégeait, il semble que j’étais assez reconnue, te que mon nom parvenait toujours aux oreilles de ceux qui en avaient besoin. Mon « savoir », bien que relativement étendu, était solide et sûr, attesté même, par des expériences passées.

Je menais une existence tranquille, rythmée par les devoirs quotidiens (puiser de l’eau en quantité suffisante, ramasser du bois selon les besoins…), les rendez-vous avec ces « anonymes » auxquels je vendais mes « services », et le commerce que j’entretenais, qui me permettait de vivre convenablement. Je suivais simplement le cycle du jour, me levant et me couchant avec le soleil. Ma maison étant située à l’extérieur de la ville, près de la forêt et de la rivière, je mettais un certain temps à rejoindre à pieds ma boutique. L’ouverture ne me prenait que quelques instants. La lumière du matin s’infiltrait par des fenêtres peu larges, tandis que j’installais et disposais fioles et herbes sur les étagères. C’était un petit commerce, loin des grandes bâtisses des médecins, ou des luxueuses boutiques de parfumerie et d’huiles essentielles… Mais je m’occupais soigneusement de mes clients. Je vendais des herbes à qui en désirait, et étant donné le travail requis pour les trouver, les cueillir et en connaître les propriétés, j’étais plutôt bien payée. Aussi, la pièce étriquée qui servait d’arrière boutique me permettait de recevoir les hôtes qui avaient besoin de quelque chose de particulier. Pour la plupart, je les voyais arriver avec un air grave, au mieux, un air gêné, et je comprenais de suite qu’ils voulaient quelque chose de différent. Décoction, « potion », onguent, … et que ce soit pour une vieille mère ou un enfant, ils savaient que je trouvais toujours un remède.

Ma vie était donc calme et plutôt casanière, avec en plus ce côté immuable qui la promettait à demeurer ainsi, même si je me contentais de peu et aimais ce que je faisais. Cependant, avec le changement de régime (régent) les choses ont commencé à changer et le pale « succès » de mon commerce était plus incertain : ma clientèle devint plus éparse, et les comportements se métamorphosèrent. Je voyais bien que les heures de fréquentation n’étaient plus les mêmes et qu’on ne se glissait ici avec des regards inquisiteurs sur la ruelle comme pour s’assurer que personne n’avait remarqué la silhouette qui entrait. Une fois à l’intérieur, on était mal à l’aise, gêné et toujours pressé, si bien qu’on avait parfois des gestes fébriles, sans oublier ses incessants regards inquiets jetés à travers la fenêtre.

Comme j’habitais dans un coin retiré, à l’extérieur de la ville, les rumeurs ne parvenaient pas jusqu’à moi. Toutefois je me doutais qu’il courait dans mon dos des bruits qui pouvaient s’avérer dangereux. Et en effet, les comportements changeants de ma clientèle à mon égard le prouvaient. Si j’avais toujours été solitaire, je m’entendais tout de même bien avec les gens que je rencontrais. Mais dès lors je fus mise à l’écart, voire fuie, et aucun ne voulait être vu en ma compagnie. Se cela me tracassait, ce n’était pas le plus gros de mes soucis. Et peu après, ce furent les premiers pendus sur place publique qui m’alertèrent, et plus le temps passait, plus la situation empirait. On procédait régulièrement à des arrestations, d’ailleurs très souvent sur dénonciations, et tout le monde était conscient que ces gens étaient soumis à la question. Les villageois devenaient suspicieux et chacun, soupçonneux de tous, savait qu’il peut être lui-même suspecté et dénoncé. Etrangement, j’ai été épargnée plus longtemps que les autres, mais j’ai vite senti qu’il me fallait agir rapidement et anticiper la sentence.

Ce qui réagir fut l’acharnement contre cette jeune femme qui, après avoir été torturée et subi des sévices longuement afin de trouver XXXXXXX, avait été menée à la rivière pour une ultime expérience afin de vérifier qu’elle disait bien la vérité (et bien sûr, tout le monde était convaincu qu’elle mentait). Transportée dans une charrette qui d’abord traversa la ville, elle fut donc humiliée : la foule s’était rapidement amassée dans les rues et huait la misérable, lui lançant pierres et insultes, persuadée de sa faute et de sa culpabilité. « Chienne ! », « Fille de Satan ! », « Sorcière ! » Une fois le cortège arrivé près du cours d’eau, on la fit descendre violemment, et on lui lia les mains derrière le dos ainsi que les pieds, avant de lui réexpliquer le verdict (au cas où elle n’aurait pas compris…). De fait, les « sorcières », grâce au pacte qu’elles étaient censées lier avec le Diable, flottaient sur l’eau, et si, liée comme elle était, elle ne coulait pas, tout le monde aurait la preuve de son méfait. Inconscients, ils prirent ses cris et ses supplications pour la peur d’être percée à jour, et ils ne la poussèrent que plus brutalement dans l’eau pour être enfin débarrassés de la tâche. Tous hurlaient de satisfaction et ils mirent un long moment avant de réaliser ce qu’il se passait : la jeune femme coulait. Un grand silence tomba sur l’ensemble des hommes rassemblés, mais personne ne fit le moindre geste, trop tendu, croyant et espérant encore qu’elle allait remonter à la surface. Parmi eux, aucun ne lui vint en aide, et elle se noya ainsi sous leurs yeux. Réalisèrent-ils alors que parmi les hommes qu’ils avaient torturés puis pendus ou brûlés se trouvaient des innocents ? Je ne sais.

J’avais veillé à rester en marge du groupe de peur qu’on ne me repère et m’accuse à mon tour, ainsi que pour pouvoir partir plus vite. Malgré ma position éloignée, j’ai pu croiser le regard de cette jeune femme, et j’ai vu dans ses yeux une grande terreur. Je suis convaincue qu’elle était innocente, et, de peur d’être moi-même remarquée et arrêtée, je n’ai pas bougée. Néanmoins, c’est avec le cœur serré et le souffle court que j’ai assisté à son exécution et ce jour est resté gravé dans ma mémoire. Ecoeurée, je suis rentrée seule, loin de cette masse d’assassins, et j’ai pleuré. C’est à ce moment que j’ai décidé de partir.

Le voyage a été difficile à organiser ; heureusement que d’autres ont agi de même : protestants, sages femmes, herboristes, sont partis sur les routes pour fuir la répression. J’ai d’abord vendu ma boutique, et ce au fils d’une personne haut placée en ville afin de moins attirer l’attention. Avec une partie de l’argent je me suis achetée une large malle ainsi que des sacs plus légers (en prévision de ce qui m’attendais), des vêtements un peu plus résistants, de nouvelles chaussures, et tout ce qui pouvait encore m’être utile sans être trop encombrant. Juste le nécessaire. Ensuite, j’ai fini par céder la maison, non sans regret, et je me suis dirigée vers la côte en calèche.

***


Le seul point positif du voyage était qu'il nous avait permis de tisser des liens entre nous, malgré le fait que nous ne nous connaissions pas du tout, les horizons variés, au-delà de la différence. Certains avaient ainsi réussi à constituerdes clans solidaires, et ceux qui étaient seuls pouvaient se trouver une place en leur sein en cherchant à s'impliquer dans la vie communautaire. Ceux qui désiraient être libres avaient eux aussi la possibilité d'obtenir protection en échange de services.Cependant, je passerai sur les détails de la traversée, dont je n'ai pas vraiment envie de me souvenir. Tout ce que je peux pas dire est que le voyage en bateau avait été plus que désagréable, et parfois terrifiant, sans parler du temps incalculablepassé en mer. Dans ces conditions déplorables, excepté les quelques courageux qui s'occupaient des autres, malades ou personnes âgées, chacun préférait s'isoler pour réfléchir. Mais se retrouver cloîtré dans un endroitsi étroit et être seul face à ses peurs pendant si longtemps est une épreuve très difficile à supporter. Un silence pesant régnait, uniquement troublé par le bruit de l'océan déchaîné, les marins qui s'agitaient, ou les gémissements des malades. Tout ceci explique pourquoi nous étions tous si pressés de quitter cette étendue infinie, et pourquoi nous fûmes hautement soulagés de poser enfin le pied sur la terre ferme à nouveau, ce Nouveau Monde qui nous était promis.

L'ambiance qui se dégageait de cette terre nouvelle était très étrange, différente. Nous arrivâmes par le port de Salem, et la vue sur ce qu'on pourrait appeler la "capitale" était austère, loin de ressembler à celle des cités et des bourgades d'Angleterre. Je ne sais pas à quoi nous nous étions attendu - nous étions seulement attendus à quelque chose ? - mais il semblait que nous étions surpris. Car bien entendu, personne n'accourut vers le portpour nous accueillir, et sans un mot, nous nous dirigeâmes vers les premières structures avoisinantes. Nous allions devoir nous faire à cet endroit, même s'il était loin d'être chaleureux au premier abord.

On dut traîner tous les bagages hors du navire, et je remarquais que certains avaient été très prévoyants : à côté des conventionnels valises et coffres avançaient quelques chevaux, boeufs, chèvres et autres animaux domestiques. Toute cette troupe formaitune marche silencieuse qui se rapprochait petit à petit d'une large bâtisse. Je réalisais alors que nous allions nous retrouver complètement livrés à nous même, et que nous aurions besoin de rester soudés, malgré mes désirs de liberté. Aussi, sans vraiment savoir pourquoi, je ne pouvais m'empêcher d'être mal à l'aise et de me tenir sur mes gardes.

La foule s'immobilisa et quelques uns furent envoyés en avant à la rencontre des individus qui se dirigeaient vers nous. Face à face, ils parlèrent un long moment et quand les nôtres revinrent à nos côtés, tout s'enchaîna rapidement. Les animaux furent menés dans une étable à l'arrière du bâtiment tandis que les hommes, eux, étaient conduits à l'intérieur. On nous expliqua que cette imposante demeureavait été construite pour recevoir les nouveaux arrivants alors que la majorité des hommes qui s'étaient installés ici partaient. C'est donc pour cette raison que la ville semblait abandonnée : elle l'était. Les rares personnes qui y étaient attachées avaient donc décidé de rester, et elles s'occupaient maintenant de maintenir en état les structures mises en place afin de pouvoir accueillir décemment les nouveaux pèlerins.

Dans ce lieuétranger, la chaleur humaine était donc rare et précieuse, et elle fut ainsi plus recherchéeque le confort pour cette première nuit. Ainsi, exténués, nous décidâmes de rester dormir ensemble ici, dans la grande salle, malgré la possibilité qui nous était offerte de nous rendre dans les solides maisons désertées par les anciens colons. Les groupes furent assez rapidement formés, et chacun d'entre eux choisit un coin particulier de la salle, voire quelques chambres à l'étage, en fonction de leur nombre. Comme des bêtes apeurées, nous nous serrions les uns contre les autres, à la recherchede ce contact chaud et rassurant.

Je me rappelle que j'étais très troublée et inquiète ce soir là, si bien que, assaillie par le doute, je ne dormis que très peu. Je mettais à l'épreuve le sens de notre démarche, de notre fuite. Etait-ce la seule solution ? la meilleure ? A bord du navire aussi bien qu'arrivée au port, quand je nous regardais, je ne voyais que des visages hagards, des hommes affaiblis. Qui savait ce que nous allions affronter ? Même ceux d'entre nous qui possédaient la plus grande volonté étaient maintenant cois, et leurs yeux trahissaient leurs incertitudeset leur appréhension. Malgré notre nombre important nous étions seuls ; et tous, quelque part, terrifiés. J'étais également très inquiète, peu rassurée sur notre sort, sur ce qui nous attendait. Je n'aimais pas me retrouver noyée dans cette masse, surtout que j'avais toujours été solitaire. Plus je tentais de me projeter dans l'avenir et plus je m'apercevais que ma liberté serait longue à recouvrir. Pourtant, en y réfléchissant, je me rendais bien compte que cette situation n'était pas prête de changer. Sur ces terres inconnues, j'aurais besoin de la compagnie des hommes pendant un long moment si je voulais survivre. Cependant le sommeil finit par me rattraper au matin, venant interrompre mes réflexions.

Tout le monde avait eu une nuit agitée et le réveil du lendemain fut difficile. Nous nous éveillâmes comme d'un mauvais rêve, un peu surpris, béats, et il nous fallut un moment avant d'émerger de cette apathie et surtout, d'être en état de faire face à ce jour nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letenastare.canalblog.com
Dame Alix
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 497
Age : 31
Lieu d'origine : Nantes
Date d'inscription : 28/11/2006

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mar 10 Avr 2007 - 16:32

Je l'ai lu en entier! Ca m'a l'air interessant cette nouvelle, je suppose qu'elle n'est pas encore finie?! On voit bien l'évolution des mentalités des gens autour d'elle, d'ailleurs quel est son nom?
Comme vous nous en avez donné la permission, je vais vous donner mes suggestions selon les images qui me sont venues à l'esprit en lisant. Peut être il serait bon de lui imaginer des nouveaux liens avec d'autres personnes, une vraie relation de confiance malgré son envie de rester libre avec un des émigrants ou un gars de Salem, ou peut être aussi un clan de gens comme elle, première d'une ligné de sorcières très puissantes qui raconterait son histoire! non pas un remake de Charmed, héhé! lol!
Peut être aussi plus de description, genre une demeure de colon perdue au milieu des hautes herbes, mettre en avance son gout pour la nature...
Enfin, je dit ça mais je ne suis pas douée pour écrire des nouvelles Smile
En tout cas, je suis préssée de lire la suite bounce
Merci Diane!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane de Brocéliande
Grande Dame de la Confrérie
Grande Dame de la Confrérie


Nombre de messages : 364
Lieu d'origine : Yvelines
Date d'inscription : 11/09/2004

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 8:16

Merci beaucoup Alix Smile Ca encourage ^^

Effectivement, ce n'est que le début Smile (surtout que je regarde la trame que j'ai prévue ^^). La suite est en cours, mais je suis assaillie de toutes parts, et je n'arrive pas à prendre du temps pour l'écrire. Quoi qu'il en soit, tes suggestions sont à la fois utiles et "déroutantes" : c'est une bonne chose car ça me montre ce que pourrait attendre un lecteur, et en même temps... je me rends compte que je n'ai pas choisi ça. Rolling Eyes Confused Enfin, c'est toujours intéressant Wink Et reste à savoir si vous la lirez jusqu'au bout ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letenastare.canalblog.com
Ace
Chevalier de la Confrérie
Chevalier de la Confrérie


Nombre de messages : 1883
Age : 43
Lieu d'origine : Auvergne
Date d'inscription : 21/10/2005

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 10:15

Comme je te l'ai dit par MP, je regarde ça attentivement la semaine prochaine....si j'ai pas répondu d'ici là...je prie quelqu'un en le remerciant de faire remonter le topic histoire de mettre un coup de pression...je suis overbooké sur cette période pascale.....
mais promis je regarde et je commente...

_________________
Ace, Chevalier de la Confrérie, Administrateur du site.
AD HONORES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empireoublie.free.fr
Dame Alix
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 497
Age : 31
Lieu d'origine : Nantes
Date d'inscription : 28/11/2006

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 13:48

Chère Diane, je suis ravie de pouvoir vous être utile! Et c'est avec impatience que je lirais la suite de votre nouvelle, bon courage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée Viviane
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 1350
Age : 30
Lieu d'origine : Près de Rouen, sur la terre des Normands
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 16:06

je peux pas lire tout ça maintenant mais dès que c'est possible, tout comme Ace c'est promis je m'y met et je te fais part des commentaires!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame Azalaïs
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 885
Age : 32
Lieu d'origine : Nantes
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 16:45

J'attends aussi la suite avec impatience..
Je suis assez d'accord avec Dame Alix sur le fait d'envisager quelques descriptions supllémentaires..

J'aime ton style d'ecriture, assez direct, pas de phrases a rallonge pompeuses, et en même temps un vocabulaire assez riche.
L'enchainement de l'action et l'évolution des mentalités sont très bien représentés aussi.
Il faudrait que je relise encore une fois, mais j'ai l'impression que la narratrice, bien qu'expliquant sa propre histoire, raconte tout ca d'une facon "détachée" (je ne sais pas si c'est bien le mot adéquat pour ce que je veux dire...): elle raconte les faits et gestes de chacun, et ne met pas ses sentiments en avant, ou très peu. On a l'impression d'une vision globale, de quelqu'un qui regarderait la scène et la commenterait de facon réfléchie..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.numericable.fr/bemmanuell/Azalais/
Fée Viviane
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 1350
Age : 30
Lieu d'origine : Près de Rouen, sur la terre des Normands
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 16:52

regard omniscient? (n'ayant pas lu la nouvelle je ne peux m'avancer) ou extérieur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame Azalaïs
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 885
Age : 32
Lieu d'origine : Nantes
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mer 11 Avr 2007 - 20:28

merci fée Viviane! "extérieur" est très bien !! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.numericable.fr/bemmanuell/Azalais/
Ace
Chevalier de la Confrérie
Chevalier de la Confrérie


Nombre de messages : 1883
Age : 43
Lieu d'origine : Auvergne
Date d'inscription : 21/10/2005

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mar 17 Avr 2007 - 13:17

Alors comme promis, je réponds...je vais essayer d'être clair, concis et précis tout autant que très "critique" carje sais que c'ets cela que tu attends de nous.

Dans un premier temps, je vais rejoindre l'avis général : cela manque de descriptifs. Le décor doit être beaucoup plus campé si tu veux que l'on se plonge réellement dans le récit. Cela est d'autant plus dommage que tu as une trame scenaristique très interessante et fort bien recherchée.
Je trouve le fil conducteur très intérressant et très intelligent mais cela manque de décor pour vraiment pénétrer le récit.

Second point : tu as choisis un style direct sans fioriture et sans phrase pompeuse. Cela peut être de bon aloi pour la lecture du récit mais personnellement je trouve quand même que le texte manque de rondeur. Avec plus de décor cela peut être corrigé sans tomber dans un style pompeux. A ce niveau là, je trouve l'écriture très intelligente.
Il faudrait juste je pense s'attacher à modifier ça et là quelques tournures syntaxiques pour rester dans l'utilisation d'un temps unique. Parfois tu passes d'un présent descriptif à l'imparfait et au passé simple. Je pense que tu devrais tout mettre à l'imparfait. Cela permettrait de gagner en rondeur sans devenir pompeux.

Dernier point, concernant le psychologique. Je pense que tu pourrais accroître les expressions sentimentales de ton héroïne. Le sujet central me semble t'il est l'exil. On ne ressent pas trop les implications sentimentales que cela peut avoir sur ton héroïne. J'assombrirais un peu plus le récit....mais là ce n'est que sentiment personnel.

Bref, l'idée est bonne et le scénario très interressant avec une conduite intelligente. Si tu gagnes en descriptif (décor et psychologie) et en tournures syntaxiques cela peut devenir vraiment goulayant à la lecture. C'est déjà très cremeux en bouche, mais il manque ce petit retour de goût que l'on attend après le point final.

_________________
Ace, Chevalier de la Confrérie, Administrateur du site.
AD HONORES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empireoublie.free.fr
Dame Alix
Chancelier, Chancelière
Chancelier, Chancelière


Nombre de messages : 497
Age : 31
Lieu d'origine : Nantes
Date d'inscription : 28/11/2006

MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Mar 17 Avr 2007 - 16:17

Ace parfaitement exprimé ce que je pense aussi! Il est très fort cet Ace, enfin c'est un as quoi, hahaha! Boulet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [nouvelle] la destinée   Aujourd'hui à 4:07

Revenir en haut Aller en bas
 
[nouvelle] la destinée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Message qui ne m'est pas destiné
» Déménagement et nouvelle connexion Internet
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"
» Nouvelle série : Flash Forward!
» acide folique pour une nouvelle grossesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Médiéval Fantastique :: Autour du Donjon :: Les Douves :: Nos oeuvres-
Sauter vers: